REGUILLIAT

Prénom: 
Jean-Baptiste
Date de naissance: 
1727-02-09
Lieu de naissance: 
Paroisse Saint-Nizier Lyon
France
Date de baptême: 
1727-02-09
Fiche du Père: 
Profession: 
Imprimeur-libraire
Adresse: 
Rue Raisin (Almanach de la ville de Lyon) et 1761.
Lyon
France
Place de Louis-le-Grand, maison de M. Dulieu (1764).
Lyon
France
Réception: 
1756
Matériel typographique: 

En 1763, il a quatre4 presses, en a "presque toujours une uniquement destinée à faire les épreuves", imprime "de tems en tems pour ses confrères" (Rapport BOURGELAT Claude)

Ornements typographiques sur la base Fleuron

Ornements typographiques sur la base Maguelone

 

Notes sur la carrière: 

Imprimeur-libraire (1756-1769)

"REGUILLAT", figure à l'"Etat des imprimeurs qui sont en France ce 1 may 1784" [Il s'agit alors de sa mère !]

Début d'exercice en 1756. Mentionné à l'Almanach de la ville de Lyon de 1756 à 1767. Destitué en 1767, continue son commerce en se servant de sa vieille mère, la veuve Réguilliat, comme prête-nom.

 

Procès-verbal du 12 janvier 1756 du lieutenant général de police sur arrêt préparatoire du 22 décembre 1755 obtenu par Jean-Baptiste REGUILLIAT pour l'obtention d'une place d'imprimeur. Place vacante par la démission de son père le 24 novembre 1755.

En 1763, Bourgelat le cite parmi les imprimeurs de mauvaise réputation, "sans craindre que vous ayez à me demander les preuves de ce que j'avance". Atelier où "se fabrique sans cesse une quantité de mauvais livres en tous genres, dont la capitale et les provinces se trouvent quelques fois inondées et les magazins cachés recèlent tous les ouvrages de ténèbres".

 

Affaire DORVAL :

Information de la sénéchaussée du 25 janvier 1761 dans la plainte du sieur de Klinglin contre TURPIN DORVAL Jean-Baptiste-Louis-Claude, il déclare être âgé d'environ 34 ans.

"Dépose avoir ouïe dire dans le public que le sieur DORVAL était l'auteur d'une brochure intitulée Epistre à Mlle de C... que le nommé DIDE colporteur luy dit en avoir reçu une quantité d'exemplaires au nombre de 36 dont il en avait débité 30 et rendu les 6 autres et de la part du dit sieur D'Orval qui était allé chez le dit DIDE pour l'engager à les venir prendre dans son appartement qui est tout ce qu'il dit savoir...

... Après avoir examiné les 3 pièces, a dit qu'il reconnait premièrement la brochure en vers pour être semblable à celles qui se sont répandues dans cette ville et que l'on attribue au dit DORVAL, que pour le manuscrit il le reconnaît ainsi que la lettre saisie signée D'Orval pour être écrites de la main de ce dernier ce qu'il peut d'autant mieux affirmer qu'il a en son pouvoir un cahier d'ouvrages en prose écrit en plus grande partie de la main dudit d'Orval et a signé en bas de nos paraphes." (AD 69 : BP 3276).

 

Mémoire imprimé du 9 juin 1764 : mémoire pour le sieur REGUILLIAT contre le sieur BRUYSET PONTHUS. Obligé de vendre au sieur BRUYSET PONTHUS...la moitié du privilège qu'il avait obtenu pour l'impression des ouvrages de Mad. LE PRINCE DE BEAUMONT, sous le titre de Bibliothèque complète d'éducation  en 7 vol., pour 1500 livres. Signèrent en même temps une promesse respective de vente mais REGUILLIAT qui vendit sa part à JACQUENOD père et RUSAND le 31 mars 1764 proteste de sa bonne foi en disant qu"en se promettant la préférence, (ils) ne s'asuj"tissent point à l'accepter".

"destitué pour avoir diffusé des "livres contraires à la religion, à l'Etat et aux bonnes moeurs", put poursuivre ses entreprises sous le nom de sa mère et imprimer notamment le Contrat social. Ce qui lui valut l'emprisonnement à Pierre-Scize, l'exil, la faillite" (thèse TRENARD, p. 131).

 

Lettre de d'Hémery du 20 mars 1767 (NAF 1214) : "... A l'égard de son fils [celui de la veuve Réguilliat] cela est bien différent, car comme il contrevient à l'arrêt qui le destitue et qui lui defend de s'immiscer en façon quelconque dans le commerce de la librairie, il n'a point d'excuse a opposer, et il est dans le cas, après avoir constaté sa faute, d'être condamné par corps à une amende considérable, ou ce qu'il vaudrait mieux suivant M. de Puligneu d'être exilé de Lyon."

 

Ouvre un cabinet littéraire en 1764, dont le catalogue compte 433 numéros. Annonce du 18 janvier 1764 : il ouvre un bureau d'abonnement "pour la lecture d'une multitude de livres qu'il sacrifie volontiers à cet usage... Les nouveautés, dont il aura soin de se porvoir à mesure qu'elles paroîtront, y tiendront une place principale ; et divers journaux et autres ouvrages périodiques qui intérressent les Amateurs ne seront point oubliés... Le catalogue des livres de cet abonnement se distribue dans son nouveau domicile, place Louis le Grand, du côté des cafés, maison de M. Dulieu". Abonnement : 3 livres par mois, 15 livres pour 6 mois, 24 livres pour l'année. (Affiches de Lyon).

Il est racheté en 1769 par Pierre CELLIER (Affiches de Lyon... n° 21, 24 mai 1769).

 

Le 23 août 1770 perquisition.

 

En compte avec CRAMER en 1763-1764 pour moins de 1 000 livres (Barber).

 

Marié à (pas de fiche): 
Jeanne DESVERNEY
Lieu de mariage: 
Lyon
France
Descendant (pas de fiche): 
Fleurie REGUILLIAT (1755)
Etienne-Eléonor REGUILLIAT (1757)
Pierrette REGUILLIAT (1759)
François-Nicolas REGUILLIAT (1760)
Fonctions ou charges: 

Adjoint de la chambre syndicale (1756-1761).

Date de Décès: 
1771-12-01
Lieu de décès: 
Paroisse Saint-Nizier Lyon
France
Notes: 

Décès à Lyon en 1771, connu par une correspondance de la Société typographique de Neuchâtel.

Sources et bibliographie: 

Fichier "imprimeurs-libraires" de la Bibliothèque municipale de la Part-Dieu.

Almanach de la ville de Lyon

B.N. : NAF 1214 p. 485.

Arrêt du Conseil d'Etat... (Lyon, Valfray, 1767, 4°, 3 p.).

A.N. : O1 611 n° 374, p. 4 : "Etat des imprimeurs qui sont en France ce 1 may 1784"

A.M. Lyon : HH 100, perquisition 1770; HH 103, dossier de reception à la maîtrise, 1756.

BN, ms fonds français 22128, ff. 291 à 302, collection Anisson Duperron, t. LXVIII : "Rapport de Claude BOURGELAT sur le commerce de la librairie et de l'imprimerie à Lyon en 1763".

AD 69 : Saint-Nizier, registre 174, f° 18 (baptême)

AD 69 Saint-Nizier, registre379, f° 164 (sépulture).

AD 69 : C 367 : consignation des biens meubles et immeubles

AD 69 : BP 3276 (affaire KLINGLIN / DORVAL).

Affiches de Lyon.

BARBER (Giles), “The Cramers of Geneva and their Trade in Europe between 1753 and 1766”, dans Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, XXX, Genève 1964, p. 377-413.

PAILHES (Jean-Louis), La Librairie et le cabinet littéraire de Claude Morlet à Lyon au XVIIIe siècle, mémoire ENSB, 1979, 89 p.

TRENARD (Louis), Lyon de l'Encyclopédie au Préromantisme, Paris, 1958.

VARRY (Dominique), "De la Bastille à Bellecour : une 'canaille littéraire', Taupin Dorval", Le Livre et l'historien. Etudes offertes en l'honneur du Professeur Henri-Jean Martin, réunies par Frédéric BARBIER, Annie PARENT-CHARON, François DUPUIGRENET DESROUSSILLES, Claude JOLLY, Dominique VARRY, Genève, Droz, 1997, p. 571-582.

VARRY (Dominique), "Jean-Baptiste Réguilliat, imprimeur-libraire lyonnais destitué en 1767", La Lettre clandestine, n° 12, 2003, p. 201-218.

VARRY (Dominique), "Batailles de libelles à Lyon à l’occasion de la suppression de la Compagnie de Jésus (années 1760-1775)", Histoire et civilisation du livre : revue internationale, n° 2, 2006, p. 135-168

 

B.M. Lyon : 804 177 ter : Catalogue de livres, journaux et autres ouvrages périodiques qui se donnent à lire par abonnement, A Lyon, chez Jean-Baptiste Reguilliat, 1764, 12°, 36 p.

B.M. Lyon : 371 371 tome 13 (4) : Vente de livres à l'amiable. A commencer au 9 février jusqu'au 21 inclusivement, A Lyon, chez Jean-Baptiste Reguilliat, 1767, 8°, 43 p.